par Louise - 0 Commentaires

Journaliste, entrepreneure, fondatrice de Clarté Productions, speaker TEDx, ancienne chroniqueuse Les Maternelles sur France 5, Elsa Da Costa Grangier a beaucoup de cordes à son arc mais c’est la génération Z (née entre 1995 et 2005) qu’elle viendra cibler le jeudi 20 septembre, à l’agence Brainstorming, lors de la conférence dédiée à ceux qui seront adultes en 2025, à leurs comportements et leurs attentes vis-à-vis des marques. Retour sur le parcours de cette entrepreneuse et journaliste de coeur et d’esprit dont l’intervention portera plus précisément sur le rapport de cette génération Z aux médias à l’heure du “tous médias”.

Pour assister à l’intervention d’Elsa, rendez-vous le 20/09/2018 à la conférence Gen’Z > l’inscription c’est par ici  ; )

Quand elle retrace son parcours, Elsa Da Costa Grangier parle des premières étapes brillamment franchies : un double diplôme marketing et entrepreneuriat de l’EM Lyon en 1999, qu’elle met au service de grandes marques (Milka, L’Oréal…) avant de devenir planner stratégique pour AOL France puis directrice du BtoB chez Ubisoft et enfin directrice marketing intelligence chez vente-privee.com SA.

Puis elle évoque l’étape suivante, charnière, chez Saint Laurent Couture où elle commencera à insuffler la culture Internet en tant que directrice du ebusiness – et dont elle partira pour créer en 2011 la société avisdemamans.com : une communauté où elle donne la parole aux parents pour valoriser leur expérience de consommateurs et évaluer les produits selon l’usage (et non le marketing). Premier pas vers un rééquilibrage consommateurs/marques. Elsa l’entrepreneuse se rapproche de l’émission Les Maternelles où elle témoigne de son quotidien de mère de trois enfants. Finalement elle y restera comme chroniqueuse pendant quatre ans.

L’attentat de Charlie Hebdo marque un tournant dans son changement de carrière. Elle oublie les paroles prononcées par son père, vingt ans plus tôt, lui déconseillant d’être journaliste. Comprendre, informer et expliquer deviennent ses mantras et elle entre à l’École Supérieure de Journalisme pour un master dont elle sort diplômée en novembre 2016. Elle fait ses armes à BFM puis pour Stéphane Bern, s’exerçant à tous les formats média, avec une prédilection pour les sujets de société et politiques. En 2017, face à la course à la présidentielle, Elsa lance un comparateur de programmes en ligne pour nourrir le débat public et faciliter l’engagement citoyen : jecomparelesprogrammes.fr est un succès* confirmant son nouveau théâtre d’opérations.

Aujourd’hui, avec l’envie chevillée au corps de faire passer des messages qui lui tiennent à coeur et de donner la parole à ceux qui font avancer le monde, Elsa Da Costa Grangier vient de créer Clarté Productions. Au menu : des documentaires, de la fiction et des programmes courts pour aborder les sujets de société trop peu visibles dans un espace médiatique qui a perdu sa fonction de contre-pouvoir.

Avec sa triple casquette de journaliste, entrepreneuse et maman de “mini-Z”, Elsa viendra nous parler des nouvelles pratiques médiatiques de cette génération qui sera au coeur des conversations, le jeudi 20 septembre, à l’agence Brainstorming. Elle nous questionnera sur notre façon de percevoir la génération Z et sur la façon dont celle-ci fait usage des nouveaux médias. Elle s’interrogera ainsi sur la résistance certaine au changement dont font preuve les vieux médias lorsqu’ils s’obstinent à transposer les codes des Z pour leur servir une sauce dont ils ne veulent pas. Enfin elle nous éclairera sur le rapport aux fake news de cette génération en quête… de transparence, de vérité et d’authenticité ! ; )

* 600 000 comparaisons de programmes effectuées en l’espace de trois semaines.

Cet article vous a donné envie d’assister à l’intervention d’Elsa Da Costa Grangier pour en savoir plus sur la génération Z et leur rapport aux médias ? Inscrivez-vous en cliquant sur ce lien : )

par Louise - 0 Commentaires

Chief digital officer, innovation leader, creative technologist : ce n’est pas pour rien que les fonctions de Laurent Assouad nous entraînent dans le monde anglosaxon. C’est qu’il s’inspire des meilleures pratiques, notamment outre-Atlantique, pour faciliter la transformation des entreprises, leur adaptation au monde d’aujourd’hui et à cette génération Z qui sera adulte en 2025. Le jeudi 20 septembre, à l’agence Brainstorming, lors de la conférence dédiée à la génération Z, Laurent Assouad abordera cette question aussi cruciale qu’épineuse : “En 2025, votre entreprise sera-t-elle prête pour travailler avec la Gen’Z ?” et proposera des pistes de réflexion pour se préparer à l’arrivée des “Z” dans les entreprises.

Pour assister à l’intervention de Laurent Assouad, rendez-vous le 20/09/2018 à la conférence Gen’Z > l’inscription c’est par ici ; )

La transformation des entreprises ? C’est le fil rouge qui a guidé le parcours de celui qui se définit lui-même comme “technico-créatif, capable de fédérer les talents, pour concevoir des stratégies digitales efficaces en monitorant l’expérience utilisateur”. Ingénieur de formation, Laurent Assouad complète sa formation technique par un Master 2 digital.

La première phase de son histoire professionnelle commence en agence de communication traditionnelle où il oeuvre pendant dix années, à l’adaptation de l’offre aux nouveaux usages et aux nouvelles technologies.

Puis il lance une start up autour des nouveaux usages de la photographie dont il garde les rênes pendant trois années. Il s’attèle ensuite à la transformation digitale d’Aéroports de Lyon, et aujourd’hui de la CCI Lyon Métropole–Saint Etienne–Roanne pour que ces institutions s’adaptent à leur écosystème.

En parallèle Laurent Assouad assure des enseignements à l’INSEEC, au contact direct de cette génération Z qui le questionne et le passionne. Il est le témoin attentif de leur volonté d’émancipation professionnelle, de leur fuite des entreprises traditionnelles au profit des nouvelles structures plus en phase avec leurs attentes, mais aussi de leur envie tenace de se mettre à leur compte.

À l’occasion de la conférence Brainstorming Prospective dédiée à la génération Z, ce spécialiste passionné de la conduite du changement axera son intervention sur les bonnes pratiques que devront respecter les entreprises du futur. Laurent Assouad détaillera les best practices qui doivent être mises en oeuvre dès aujourd’hui, à différents niveaux de l’entreprise : organisation, culture, méthodes de travail, outils et bien sûr communication. Avec un enjeu phare : être #GenZready en 2025 !

Résumé : le jeudi 20 septembre, à l’agence Brainstorming, fort de ses expériences réussies en conduite du changement des entreprises – et en papa de “Z” ; ) -, Laurent Assouad viendra nous parler des nouvelles attentes de cette génération qui va bouleverser les codes du monde de l’entreprise.

Cet article vous a donné envie d’assister à l’intervention de Laurent Assouad pour en savoir plus sur la génération Z et leur rapport à l’entreprise ? Inscrivez-vous en cliquant sur ce lien : )

par Raphaële Blot - 0 Commentaires

Ensemble, on VOIT plus loin

C’est l’histoire d’une toute petite agence qui a eu 30 ans l’année dernière, qui a traversé trois décennies d’histoire de la communication, qui a eu son lot de triomphes, de crises et de métamorphoses, qui a fédéré sur son chemin plusieurs centaines de personnes — collaborateurs, clients, partenaires — parmi lesquels d’immenses talents, et qui s’est posé, il y a peu, cette question : “bon, on fait quoi maintenant ?”

On s’ouvre #openagency

Nous avons un gros challenge : faire émerger notre singularité, c’est-à-dire notre capacité à introspecter des mondes complexes. L’une des manières de mettre en lumière cette expertise est de proposer à nos clients une autre vision de leur propre secteur. Une vision aux formes variées, susceptible de leur inspirer de nouvelles perspectives, angles ou insights. Et que nous signons désormais Brainstorming Prospective.

Les tendances du secteur de la mobilité par l'Agence Brainstorming.
Les tendances de la mobilité par Brainstorming Prospective.

Nous explorons de grands sujets transversaux comme la mobilité (notre premier sujet d’analyse), les adultes de 2025 (Release in September / Stay tuned) ou le futur de la marque employeur*.

Nous capitalisons sur :

1. Nos années d’expérience conjuguées et la richesse de chacun d’entre-nous (parcours perso + passions).
2. Notre capacité de travail collectif.
3. Notre posture d’ouverture.

Ces 3 dimensions nous permettent d’explorer chaque thématique de manière multidisciplinaire (socio, éco, psycho, culture pop, datas, etc.) et de solliciter tous ceux qui peuvent y contribuer utilement : journalistes, experts, clients,… L’idée, c’est de faire du planning stratégique collectif en croisant nos sensibilités, nos réseaux et tout ce qui nous anime.

On fait ce qui nous intéresse #onestpasvenulapoursouffrirok

Nous avons choisi notre premier sujet, la mobilité#smartcities, par opportunisme. Nous accompagnons plusieurs ETI dans ce secteur qui vivent des moments charnières de leur histoire. Nos différentes études Brainstorming Prospective reflètent ce que nous avons entrepris pour comprendre les interactions à l’œuvre entre émetteurs et récepteurs, attentes et produits/services, marques et publics, avant de répondre avec justesse à leurs enjeux. Ce thème a aussi éveillé notre curiosité de citoyens, et c’est avec ce prisme que nous avons choisi la thématique suivante.

Les tendances de la communication dans le secteur de la mobilité par Brainstorming
Mobilité : prospectives marketing et communication, par Brainstorming Prospective

On crée des ponts intéressants et intéressés

Notre prochain sujet Les adultes de 2025 (sortie à la rentrée) est né parce que nous sommes plusieurs, à l’agence, à être parents d’adolescents — génération Z — qui seront pleinement maîtres de leurs choix dans une petite dizaine d’année. Nous avons voulu réfléchir aux parents, citoyens, couples, consommateurs qu’ils allaient devenir, pour aider nos clients et prospects à s’y préparer.

Si nous vivons ce travail d’études prospectives comme un espace de liberté, il est aussi — soyons honnête — fonctionnel. Une fois terminé, il est le point de départ d’actions de prospection variées (inbound marketing), prétexte aux rencontres et aux rendez-vous. Aucune perte de temps pour le dirigeant ou directeur marketing/communication qui nous reçoit ! Au pire, il/elle obtient de la matière pour réfléchir ; au mieux, il/elle rencontre une agence avec laquelle échanger, partager, collaborer… et avec laquelle il/elle va pouvoir poser les vraies questions.

On continue à apprendre

Notre posture est à la fois ingénue et exigeante. Nous passons sur chaque sujet plusieurs mois, pour collecter de la matière, interroger notre réseau, créer le fond et les formes. C’est un travail excitant, inclusif, se prêtant aux décalages et aux digressions dont nous nous nourrissons. Il nous challenge aussi parce que nous nous trompons, en allant trop vite — ou pas assez — et en sous sous-estimant régulièrement l’ampleur de la tâche. Ce n’est pas grave, nous avançons et demain, nous ferons encore mieux.

Et si, au travers de ces futurs que nous essayons d’esquisser, nous écrivions un peu le nôtre ? #bacphilo2018 #vousavez3heures

• Le sujet du Futur de la marque Employeur vous intéresse t-il ? Aimeriez-vous trouver des insights pour mieux communiquer la culture interne auprès notamment des nouvelles générations ? Si oui, dites-le nous avec par mail en partageant vos sujets de préoccupation (rblot@brainstorming.fr).

par Sarah - 0 Commentaires

Selon les dernières études démographiques, deux tiers de la population devraient habiter en ville d’ici 2050 1. Ces données obligent à repenser la ville et à imaginer les enjeux de la mobilité de demain sur l’ensemble du territoire. Le sujet nous concerne tous. À l’agence, il nous passionne, car Brainstorming a la chance de compter parmi ses clients BERTHELET, opérateur de services de mobilité. Particulièrement innovant en matière de solutions durables, BERTHELET sera présent au CES de Las Vegas qui se déroule du 9 au 12 janvier 2018 et dont l’un des thèmes de débat sera… les smart cities !

L’explosion démographique oblige à imaginer la ville de demain. D’après John Kwant, de Ford Smart Mobilty, « les villes vont faire face à un paradoxe : elles vont toutes continuer de grandir mais ne pourront grandir réellement que si elles évoluent ». Il faut donc réfléchir à la manière d’accueillir les gens et à leur façon de se déplacer.

Construire une ville intelligente, c’est penser à la manière de désengorger les villes de leur trafic et de la pollution. Un enjeu primordial qui concerne tous les acteurs de la mobilité et qui s’étend au-delà des zones urbaines. Quelles innovations vont écrire ce nouveau chapitre de la mobilité ?

Conduire les yeux fermés

Dans un avenir proche, tout le monde pourra voyager en transport autonome. Cet été, les premiers véhicules autonomes ont effectué des tests en France sur les autoroutes A13 et A10 (sans circulation) 2 tandis que des géants comme Uber, Tesla ou Audi prévoient leur passage à l’autonomie d’ici… 2025 3.

Ceci va conduire une vraie révolution dans les usages : les aveugles pourront pour la première fois voyager seuls et votre voiture se chargera d’emmener vos enfants à l’école !

Leur démocratisation aura pour conséquence l’optimisation de nos temps de transport. De nombreuses innovations de service vont naître , car qui dit transports autonomes dit : plus besoin de conduire, et donc… du temps en plus pour soi ! Lors de l’achat de notre véhicule, nous pourrons bientôt bénéficier d’un abonnement Netflix, d’une nouvelle console de jeux ou d’une bibliothèque en ligne… Et ce n’est pas tout ! Des clubs de gym pourraient envahir les transports en commun, comme le prouve le projet des londoniens 1Rebel qui cherchent à enrichir l’expérience de mobilité en proposant des cours de vélo d’appartement dans le bus 4.

La mobilité autonome passe également par les transports en commun d’après le New York Times 5 qui oppose le luxe des voitures autonomes, réservées à une élite technophile, à la nouvelle vague de transports en commun autonomes. Ceux-ci expérimentent de nouveaux modes de mobilité collective, avant tout conçus pour les citoyens. On citera, par exemple, la start-up lyonnaise Navya, dont les navettes autonomes sont déjà en circulation dans le monde.

La mobilité de partage

Selon une étude de Mobility Nation, 56 % des Franciliens rencontrent des problèmes hebdomadaires dans les transports. Quarante minutes sont perdues chaque jour par les automobilistes Franciliens dans les bouchons.

La ville intelligente et ses acteurs devront donc encourager la mobilité de partage au sens large : train, bus, covoiturage et maintenant « court-voiturage » pour les trajets domicile-travail, qui vont se développer grâce à des start-ups comme Karos ou Less.

La mobilité comme service

Avec la libéralisation des transports de la loi Macron et l’uberisation, les possibilités d’itinéraires pour un même trajet se sont multipliées, tout comme le nombre d’acteurs.

Résultat ? La mobilité devient un vrai casse-tête pour l’usager !

Certains acteurs ont déjà réfléchi à des solutions. Ils ont notamment inventé des services intégrateurs, nommés au niveau international par l’acronyme “MaaS” (Mobility as a Service). Ces services facilitent la vie des usagers de transport urbain en mettant à leur disposition un abonnement et une plateforme uniques pour rechercher des itinéraires multimodaux et les réserver en une seule fois . L’usager n’a plus qu’à choisir où il veut aller et quand, et la plateforme centralise les opérateurs pour lui donner la meilleure option de trajet.

Ce type de service est déjà performant à Helsinki, grâce à la start-Up Whim, première application de mobilité globale, dont le modèle a été repris en Suède par UbiGo. Whim est disponible en Finlande et au Royaume-Uni. En France, des pistes sont à l’étude. Un partenariat entre Île-de-France Mobilités et 17 entreprises de covoiturage permet désormais aux détenteurs du pass Navigo de réserver un trajet à  tarif préférentiel pour terminer leur trajet quotidien 6.

Ces 3 innovations majeures vont bouleverser les villes de demain. D’après les experts du secteur, elles vont contribuer à la diminution de la pollution, mais aussi des autoroutes et des parkings, au profit de davantage d’espaces de partage. Grâce aux véhicules autonomes, les gens auront plus de temps pour s’adonner à leurs activités de loisirs, artistiques ou sociales. Leur généralisation progressive va contribuer au développement économique de villes intelligentes, qui ne pourront le devenir vraiment qu’à condition de développer fortement toutes les dimensions servicielles de la « Smart Mobility », en pleine effervescence aujourd’hui.

 

Sarah Locqueville — Agence Brainstorming

1 – Villes du future , Le dessous des cartes, ARTE
2 – Véhicules autonomes : les tests se multiplient, Le Parisien
3 – Les prévisions des grands spécialistes pour les voitures autonomes, Voitures Autonomes
4 – Spinning class on wheels, Tomo News
5 – The Future of European Transit, NYT
6 – Communiqué de Presse, Île-de-France mobilité

©  David Outerwoods

par Brainstorming - 0 Commentaires


Qui a dit : “animer une communauté, c’est regarder ensemble dans la même direction” ?
Personne, c’est vrai, on vient juste de détourner cette citation de Saint-Exupéry. En attendant, préparer ses “marronniers”, anticiper les événements d’actualité qui vont intéresser son audience, c’est un élément essentiel d’un calendrier éditorial en général et sur les réseaux sociaux en particulier.
Brainstorming a rassemblé pour vous, dans un seul calendrier, les principaux rendez-vous de 2018 à anticiper.

N’hésitez pas à le commenter et nous proposer de l’augmenter de nouvelles dates, on a prévu de faire des mises à jour régulièrement.

Pour obtenir le calendrier, rendez-vous ici.

Créer des occasions de prise de parole et jouer avec l’actualité : quelques exemples Made In Brainstorming

Attention, surfer sur l’actualité (“newsjacking” en anglais) ou produire des contenus “marronniers” ne signifie pas perdre sa singularité ! Il s’agit plutôt de rechercher un angle de prise de parole pertinent  pour son audience, que cet angle soit divertissant ou utile.
L’engagement ou le succès du post est en partie lié à la créativité avec laquelle on joue avec l’actualité. Quelques exemples de Brainstorming pour ses clients.

Kidde pour le changement d’heure

On vient de changer d’heure : c’est le moment de vérifier si je suis en pleine forme !
Appuyez sur mon bouton test : je…

Publié par Kidde France sur dimanche 26 mars 2017

 

Maison Veyret et Halloweeen

? Halloween, c’est bien le seul moment où l’on veut que nos portes et portails fassent fuir vos invités.
Partagez avec nous la décoration de votre entrée : nous sommes prêts à frissonner !

Publié par Maison Veyret sur vendredi 27 octobre 2017

 

L’Appart Fitness France – Programme 12 semaines avant l’été

Vous l’avez peut-être déjà découvert dans vos boîtes mail ou dans votre salle : L’Appart Fitness vous offre votre…

Publié par L’Appart Fitness France sur vendredi 7 avril 2017

 

L’Appart Fitness France – Les bonnes résolutions des vacances

Le bilan des vacances illustré…
Avertissement : résultat basé sur un échantillon absolument NON représentatif de la population française ?

Publié par L’Appart Fitness France sur jeudi 24 août 2017

© NordWoodThemes

par Brainstorming - 0 Commentaires

Joe Pulizzi est le fondateur du Content Marketing Institut, THE référence en terme de recherches et d’études sur le marketing de contenus. Il a décrypté les tendances marketing à surveiller en 2017. À l’agence, on est « fluent » en content marketing, alors on l’a traduit pour vous. Enjoy !

1/ Acheter des influenceurs

Aux Etats-Unis, le groupe de télévision CNN a racheté l’application sociale Beme au Youtubeur américain Casey Neistat qui réunit plus de 6 M d’abonnés avec ses vidéos. Après ce rachat, CNN a tout bonnement fermé l’application et demandé à Casey et sa team d’en créer une sur-mesure.

CNN essaie ainsi d’atteindre une nouvelle audience, celle dont les Youtubeurs tels que Casey semblent avoir la clef… Et plutôt que de laisser grandir naturellement une nouvelle plateforme ou de trouver un leader de son rang, CNN a choisi d’acheter Neistat et son équipe pour… 25 millions de dollars.

En bref : le marketing d’influence était la tendance de 2016. En 2017, il semble qu’il passe du simple partenariat avec des créateurs de contenus et distributeurs au rachat pur et simple de l’influenceur !

Tendance 2017 : Les marques rachètent les influenceurs.

 

2/ Le content marketing comme mécanisme de défense

Plus tôt cette année, Kellogg’s a retiré ses publicités de Breitbart.com, site ultra-conservateur américain. Ce fait a été largement commenté Outre-Atlantique après que le nouveau président Donald Trump a nommé l’ancien patron du média, Steve Bannon au post de haut-conseiller. Breitbart, que Bannon qualifie de « plateforme pour la alt-droite » (droite alternative américaine, mouvance nativiste opposée à l’immigration et au melting-pot), défend une ligne particulière à laquelle Kellogg’s n’adhère pas. D’où le retrait par Kellogg’s de ses publicités sur le site d’actualité.

Breitbart a riposté en lançant une campagne d’une rare violence à l’encontre de Kellogg’s avec le hashtag #DumpKelloggs pour inciter ses 45 millions de lecteurs mensuels à boycotter les produits du fabricant de céréales. La campagne, mise en avant sur Twitter, a été reprise dans tous les principaux médias américains.

Selon le média FiveThirtyEight, le trafic vers Breitbart.com a augmenté plus rapidement que la quasi-totalité des autres sites d’information durant la campagne. Que l’on adhère ou non à la ligne éditoriale de Breitbart, on ne peut ignorer le pouvoir de cette audience en croissance.

Kellogg’s n’a simplement pas le pouvoir de la combattre. Breitbart a aujourd’hui une énorme audience et de nombreux abonnés et peut tout simplement attaquer n’importe qui sans risque.

Alors à l’avenir, comment Kellogg’s pourra se défendre ? Et comment tout autre entreprise pourra lutter lorsqu’une organisation à forte audience s’en prend à elle ?

En bref : Ce genre d’action de la part de Breitbart ou d’autres médias contre les marques risque de se multiplier en 2017. La seule échappatoire pour les entreprises de combattre : créer leur propre audience et la fidéliser.

Tendance 2017 : Les nouvelles marques-médias créent et fidélisent leur propre audience pour exister.

 

3/ Le contrecoup des plateformes sociales

Fin 2016, la méga star de Youtube PewDiePie (Felix Kjellberg de son vrai nom, aujourd’hui plus de 54 millions d’abonnés) a vivement critiqué la plateforme, arguant que le changement de l’algorithme de Youtube lui aurait coûté du trafic, impactant ses revenus publicitaires et autres partenariats possibles.

Le 2 décembre 2016, PewDiePie a annoncé dans l’une de ses vidéos se sentir extrêmement déçu, et qu’il fermerait son compte lorsqu’il atteindrait 50 millions d’abonnés. Bien sûr il ne s’agissait là que d’une menace et PewDiePie a finalement décidé de maintenir sa chaîne pour continuer de pester après Youtube et son changement d’algorithme.

En réalité, ces détails n’ont pas tellement d’importance. De plus en plus d’influenceurs et de marques utilisant les médias sociaux sont remontés contre Youtube, Facebook et consorts et leurs changements constants d’algorithme. A titre d’exemple, BP a délaissé Facebook pour publier plus de contenus sur LinkedIn après avoir remarqué que de plus en plus de ses publications Facebook passaient inaperçues.

En bref : En 2017, deux choses risquent d’arriver sur les médias sociaux : il y aura plus de publicités et moins de rédactions naturelles (non sponsorisées). Sachant qu’elles doivent maintenant sponsoriser leurs contenus pour toucher leur communauté, les marques vont délaisser le contenu naturel sur les médias sociaux pour miser sur leurs owned médias (site Internet) et investir en paid pour faire grandir leur audience. Bien sûr, le partage sur les médias sociaux ne va pas s’arrêter, mais les marques n’auront plus à être présentes sur ces plateformes pour que le partage ait lieu.

Tendance 2017 : Les marques capitalisent sur leur site aux dépens des médias sociaux.

 

4/ La renaissance des emails

Selon l’outil d’emailing Campaign Monitor, BuzzFeed aurait ajouté plus d’un million de nouveaux abonnés à sa liste d’email sur les 12 derniers mois. Comment est-ce possible ? La recherche de profits des médias sociaux empêche les marques de contrôler leur communication avec leurs fans et abonnés. De tous les moyens de cultiver son audience, le mail est apparu comme LA valeur sûre.

D’autres médias ont suivi la tendance. A titre d’exemple, le Washington Post a plus de 75 newsletters et le New York Times dédie 12 personnes à la rédaction de ses newsletters. Alors que d’aucuns annonçaient déjà la mort des emails marketing, les médias nous prouvent le contraire. Pour finir, une étude du Content Marketing Institute et de MarketingProfs a révélé que l’email est considéré comme la donnée la plus efficace pour mesurer le ROI du content marketing.

En bref : En 2017, de plus en plus de marques vont envoyer des newletters ciblées et pertinentes, ce qui deviendra la méthode clef pour cultiver son audience. De nombreuses marques travailleront ainsi à la refonte leurs newsletters pour créer de vraies expériences clients.

Tendance 2017 : Les newsletters expérientielles.

 

5/  La résurgence retour du print

Airbnb et Hearst ont récemment annoncé le lancement d’un nouveau magazine papier appelé Airbnb mag.  Ce magazine sera disponible dans les maisons d’hôtes Airbnb et contiendra du contenu créé et organisé par les personnes utilisant les services d’Airbnb elles-mêmes.

Pour ne pas se faire distancer, School of Doodle a également lancé un magazine papier comme l’a fait VFiles.

En réalité, la production des magazines papiers est restée stable ces deux dernières années selon une étude du CMI. Le déclin du papier a touché le fond pour mieux remonter car de nombreux marketeurs cherchent désormais à pallier l’encombrement numérique par le papier.

En bref : Le nombre de magazines édité par de grandes marques va exploser en 2017.  Les publications ciblées viendront compléter certaines éditions en ligne (mais elles apporteront une vraie valeur ajoutée).

Tendance 2017 : Toutes les grandes marques éditent leur propre magazine.

 

Crédits photos : ©SkilledUp ©CMI ©brandchannel ©Google ©Patrick Fore
Lien vers l’article original (en anglais)