par Sarah - 0 Commentaires

Selon les dernières études démographiques, deux tiers de la population devraient habiter en ville d’ici 2050 1. Ces données obligent à repenser la ville et à imaginer les enjeux de la mobilité de demain sur l’ensemble du territoire. Le sujet nous concerne tous. À l’agence, il nous passionne, car Brainstorming a la chance de compter parmi ses clients BERTHELET, opérateur de services de mobilité. Particulièrement innovant en matière de solutions durables, BERTHELET sera présent au CES de Las Vegas qui se déroule du 9 au 12 janvier 2018 et dont l’un des thèmes de débat sera… les smart cities !

L’explosion démographique oblige à imaginer la ville de demain. D’après John Kwant, de Ford Smart Mobilty, « les villes vont faire face à un paradoxe : elles vont toutes continuer de grandir mais ne pourront grandir réellement que si elles évoluent ». Il faut donc réfléchir à la manière d’accueillir les gens et à leur façon de se déplacer.

Construire une ville intelligente, c’est penser à la manière de désengorger les villes de leur trafic et de la pollution. Un enjeu primordial qui concerne tous les acteurs de la mobilité et qui s’étend au-delà des zones urbaines. Quelles innovations vont écrire ce nouveau chapitre de la mobilité ?

Conduire les yeux fermés

Dans un avenir proche, tout le monde pourra voyager en transport autonome. Cet été, les premiers véhicules autonomes ont effectué des tests en France sur les autoroutes A13 et A10 (sans circulation) 2 tandis que des géants comme Uber, Tesla ou Audi prévoient leur passage à l’autonomie d’ici… 2025 3.

Ceci va conduire une vraie révolution dans les usages : les aveugles pourront pour la première fois voyager seuls et votre voiture se chargera d’emmener vos enfants à l’école !

Leur démocratisation aura pour conséquence l’optimisation de nos temps de transport. De nombreuses innovations de service vont naître , car qui dit transports autonomes dit : plus besoin de conduire, et donc… du temps en plus pour soi ! Lors de l’achat de notre véhicule, nous pourrons bientôt bénéficier d’un abonnement Netflix, d’une nouvelle console de jeux ou d’une bibliothèque en ligne… Et ce n’est pas tout ! Des clubs de gym pourraient envahir les transports en commun, comme le prouve le projet des londoniens 1Rebel qui cherchent à enrichir l’expérience de mobilité en proposant des cours de vélo d’appartement dans le bus 4.

La mobilité autonome passe également par les transports en commun d’après le New York Times 5 qui oppose le luxe des voitures autonomes, réservées à une élite technophile, à la nouvelle vague de transports en commun autonomes. Ceux-ci expérimentent de nouveaux modes de mobilité collective, avant tout conçus pour les citoyens. On citera, par exemple, la start-up lyonnaise Navya, dont les navettes autonomes sont déjà en circulation dans le monde.

La mobilité de partage

Selon une étude de Mobility Nation, 56 % des Franciliens rencontrent des problèmes hebdomadaires dans les transports. Quarante minutes sont perdues chaque jour par les automobilistes Franciliens dans les bouchons.

La ville intelligente et ses acteurs devront donc encourager la mobilité de partage au sens large : train, bus, covoiturage et maintenant « court-voiturage » pour les trajets domicile-travail, qui vont se développer grâce à des start-ups comme Karos ou Less.

La mobilité comme service

Avec la libéralisation des transports de la loi Macron et l’uberisation, les possibilités d’itinéraires pour un même trajet se sont multipliées, tout comme le nombre d’acteurs.

Résultat ? La mobilité devient un vrai casse-tête pour l’usager !

Certains acteurs ont déjà réfléchi à des solutions. Ils ont notamment inventé des services intégrateurs, nommés au niveau international par l’acronyme “MaaS” (Mobility as a Service). Ces services facilitent la vie des usagers de transport urbain en mettant à leur disposition un abonnement et une plateforme uniques pour rechercher des itinéraires multimodaux et les réserver en une seule fois . L’usager n’a plus qu’à choisir où il veut aller et quand, et la plateforme centralise les opérateurs pour lui donner la meilleure option de trajet.

Ce type de service est déjà performant à Helsinki, grâce à la start-Up Whim, première application de mobilité globale, dont le modèle a été repris en Suède par UbiGo. Whim est disponible en Finlande et au Royaume-Uni. En France, des pistes sont à l’étude. Un partenariat entre Île-de-France Mobilités et 17 entreprises de covoiturage permet désormais aux détenteurs du pass Navigo de réserver un trajet à  tarif préférentiel pour terminer leur trajet quotidien 6.

Ces 3 innovations majeures vont bouleverser les villes de demain. D’après les experts du secteur, elles vont contribuer à la diminution de la pollution, mais aussi des autoroutes et des parkings, au profit de davantage d’espaces de partage. Grâce aux véhicules autonomes, les gens auront plus de temps pour s’adonner à leurs activités de loisirs, artistiques ou sociales. Leur généralisation progressive va contribuer au développement économique de villes intelligentes, qui ne pourront le devenir vraiment qu’à condition de développer fortement toutes les dimensions servicielles de la « Smart Mobility », en pleine effervescence aujourd’hui.

 

Sarah Locqueville — Agence Brainstorming

1 – Villes du future , Le dessous des cartes, ARTE
2 – Véhicules autonomes : les tests se multiplient, Le Parisien
3 – Les prévisions des grands spécialistes pour les voitures autonomes, Voitures Autonomes
4 – Spinning class on wheels, Tomo News
5 – The Future of European Transit, NYT
6 – Communiqué de Presse, Île-de-France mobilité

©  David Outerwoods

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *